lundi 28 novembre 2016

projets individuels : puzzles, tangrams, discrimination visuelle

Voici une autre partie des activités autonomes:

La première concerne les puzzles.

 La classe possède un certains nombre de puzzles et je ne parvenais pas forcément à toujours garder une trace de leur réalisation. C'est donc possible au travers du projet qui cette fois-ci se réalise en binôme afin de travailler la coopération entre les élèves, l’échange de méthodologie et de regards, le plaisir de réussir avec l'aide d'un camarade.
Voici donc la trame à adapter selon ce que vous avez dans votre classe:




Le deuxième projet concerne la réalisation de tangrams. L'activité se déroule en autonomie mais uniquement après être passé par une séquence sur les tangrams. Du coup, je photocopie des tangrams dans différentes couleurs pour que cela soit plus attrayant pour eux. Ils doivent découper les pièces et les placer de manière à reconstituer les figures proposées à partir des fiches modèles. Ils collent sur une feuille, tamponnent lorsque j'ai validé et hop, le tangram achevé termine dans le classeur;

Vous pourrez retrouver des fiches modèles à taille réelle sur le site de "dessine moi une histoire"
avec ce lien direct :

 https://dessinemoiunehistoire.net/modeles-jeu-tangram/



Enfin, le troisième projet individuel proposé aujourd'hui est une autre variante du cherche et trouve. Je l'ai fabriqué à partir de fiches trouvées sur le net (Pinterest). Il faut les imprimer et plastifier. Pour ma part je les perfore avec un trou en haut et je les attache avec un scoubidou pour que ça fasse comme un livret.

le projet à tamponner

dimanche 27 novembre 2016

projets dits "individuels" pour la motricité fine


 Voilà encore quelque chose de très présent en maternelle : la motricité fine, faire bouger les doigts, les muscler pour faciliter la prise de l'outil scripteur.

Premier pan: la pâte à modeler, un grand classique. Ici, il s'agit dans un premier temps de faire de longs colombins pour mettre par-dessus un modèle. Souvent les élèves entassent des petits morceaux pour constituer le colombin. Il faut donc bien travailler sur ce point avant de les lancer sur ce travail ou alors être avec eux lorsque l'activité est proposée.





Enfin, je mets en place d'autres fiches à réaliser où il ne faut plus faire par-dessus mais selon un modèle:






Et puis, il y a aussi le projet dont j'ai déjà parlé dans un autre article, celui avec les petites pinces à linge





Quoi faire avec des Kaplas ?


Comme beaucoup d'enseignants de maternelle, j'utilise des kaplas. D'une parce que les élèves adorent ça et de deux parce que souvent se sont des enfants qui peuvent être en difficulté dans certains domaines qui se révèlent avec ce matériel.

Pendant plusieurs années (quand j'avais encore les fameux 4 groupes) un atelier était dédié aux kapplas avec une consigne. Mais selon ce système, beaucoup d'enfants se retrouvaient frustrés de ne pas pouvoir à nouveau expérimenter ce qu'ils avaient tenté, ils ne pouvaient pas faire, refaire, et encore refaire...

Du coup, j'ai trouvé un système l'an passé qui a très bien fonctionné, remis en place avec ma classe et qui rencontre toujours autant de succès.

Pendant les premières semaines de classe, le coin kaplas est libre. On y va quand on veut, on y fait ce que l'on a envie comme construction. Et puis fatalement, la tour de kapla fait son apparition, et toujours, ils finissent par essayer de construite la plus haute tour possible, qui inexorablement finit par tomber avec grand bruit.
Alors à partir de ce moment là, je prends une de ces tours en photo et je dis "Tiens, je vais vous lancer un défi : construire la tour la plus haute possible mais qui soit stable, solide". Et ce défi dure entre une semaine ou deux, le temps qu'ils s'habituent.

A partir de là, j'instaure le défi de la semaine en kapla : faire 3 tours, une pyramide, une tour ronde etc... J'accroche une affiche au coin kapla qui peut leur servir ou non de modèle et hop c'est parti.
Ayant la chance d'avoir un appareil photo numérique dans la classe, les enfants prennent eux-mêmes leurs réalisations en photo. Je les transferts sur l'ordinateur de la classe et le vendredi après-midi, on s'installe tous, on regarde ce qu'ils ont fait et on discute: la méthode employée, les différentes techniques, formes ...

Je vous joins un PDF avec 7 défis pour le début d'année...Souvent un peu plus tard dans l'année on vote ensemble dans la classe pour savoir quels défis ils veulent pour la semaine (l'an passé on a eu la tour Eiffel, un palais chinois...)


mercredi 9 novembre 2016

A, B, C, D, E, F, G lalalalalalalalalalalalala

HMMMMMMMM

L'alphabet, les trois écritures : script majuscule, script minuscule et la cursive...la sainte trinité de la grande section...

Première étape: 

Un travail de recherche en groupe pour constituer l'alphabet à afficher dans la classe.
Un grand tableau, les lettres en script majuscule placées et le but est que chaque groupe tente de replacer les lettres dans les deux autres écritures.

Chaque groupe a une seule partie de l'alphabet. Ils essayent, ils discutent moi je ne dis aucun mot, je ne remets aucune lettre surtout dans le bon sens ou au bon endroit.





Quand le groupe a terminé, on accroche au tableau et en collectif on débat pour savoir si tout est bien placé ou non, pourquoi comme ceci et pas comme cela.




Deuxième étape : (d'après un travail vu sur le blog de maitresseuh .fr)
Les enfants ont chacun une feuille A4 avec le même principe : les lettres en majuscules bien placées. Je leur donne dans un premier temps les lettres en script minuscule à remettre.
Ils se servent à ce moment là de l'alphabet collectif qu'on a réalisé ensemble. C'est rapide pour certains, long pour d'autres. Ce n'est pas grave chacun s'accapare le matériel à sa propre vitesse. Ils finiront le lendemain ou le sur lendemain...

Et puis quand on a un peu avancé dans le temps ou selon leur demande (ne jamais sous-estimer leur fascination des lettres cursives), je leur donne les lettres en cursives à replacer...Et hop ils collent la feuille dans leur cahier outil.

En milieu d'année, ce tableau me sert d'outil d'évaluation. Je demande à chacun de nommer les lettres que je lui montre du doigt ( de manière aléatoire), je les entoure et l'enfant les colorie. On le refait régulièrement et l'enfant voit concrètement les progrès qu'il a fait dans sa connaissance des lettres.

Je vous mets en PDF mon matériel pour la deuxième étape, si ça peut faire gagner du temps...(Le tableau des lettres est là au format A5, après l'avoir expérimenté l'an passé, il vaut mieux le mettre au format A4...)

 

mardi 8 novembre 2016

Un peu d'art que diable


Pour travailler autour du portait : je mets au tableau des images :









On définit ce que représentent ces oeuvres, les différents types de portraits qu'on peut trouver. Puis je sort mes petits bouts d'oeuvres et il faut retrouver celle à laquelle elles appartiennent.  J'imprime, découpe, plastifie et mets de petits aimants à l'arrière des détails. Les élèves au fur et à mesure viennent placer ce détails sur l'oeuvre et au bon endroit en le désignant du doigt.




Le projet individuel...


C'est le terme trouvé par une collègue pour remplacer celui de brevet et il est juste top (bravo Anna)

Chaque élève a un cahier de projet individuel dans lequel il colle ces petites fiches ( voir dessous). il tamponne avec le tampon dateur une fois que j'ai validé.

Premier exemple: préparation à l'écriture. Me basant sur le travail de Danièle Dumont, je débute l'année de grande section en faisant travailler les élèves sur l'alignement et le fait de se repérer sur l'espace de la feuille.

Voici le projet qui y est lié :





 Maison des sons
Je le fais aussi pour les sons. une fois par semaine, je sors mon matériel : des maisons de sons vierge plastifiées avec cinq cases bleues. Sur le toit, une fenêtre jaune dans laquelle j'écris au feutre effaçable le son que l'enfant va travailler. Dès qu'il trouve cinq images contenant ce son, il en fait un autre... jusqu'à ce que l'élève ne veuille plus faire cette activité ( mais il doit au moins en faire un pour les plus en difficulté).





 



Je note dans mon carnet chaque son que l'enfant réussi et ensuite je lui demande de tamponner le son réussi.
Sur le PDf que je joins, je n'ai pas noté le son avec les crochets...il suffit de le mettre à côté:
De gauche à droite: A, O, I, U, M, T, L, R, ON, OU, AN, IN. 


le tour du monde...projet sur l'année. Première étape : PARIS


Cette année je reprends le projet que j'avais mis en place dans ma classe tout simplement parce que les élèves ont adoré...

J'ai opté pour la solution facile en partant du livre " Le loup qui voulait faire le tour du monde", notamment parce que sa première étape c'est Paris et que travaillant dans la capitale, c'est drôlement pratique de commencer par une ville qui parle aux enfants.

Afficher l'image d'origine

Pour chaque pays, on regarde des photos des bâtiments, des images en lien avec les traditions culturelles ou les peuples des pays concernés.

Je me suis servie des cartes postales du loup qu'on trouve facilement sur le net, ainsi que de photos de lui à travers le monde. il y a aussi le super boulot qu'on trouve sur le site de sanleane.fr


Première partie du travail avec la réalisation d'un plan de Paris :

 pour les immeubles, je me suis servie de ceux utilisés dans le travail autonome sur le découpage (cf voir l'article Et un peu de découpage, non, si...)



Pour ma classe, j'ai fait des petites fiches de vocabulaire qu'on colle ensuite dans le cahier outil (c'est un cahier qui leur sert d'aide mémoire et auquel les élèves se réfèrent quand ils ont besoin d'une petite aide).




Voici ensuite la feuille que les élèves ont en photocopie et qu'il découpent et collent derrière une feuille qu'ils ont décoré sur le thème de Paris avec le nom de la ville à reconstituer en lettre de papier journal.




Une fois que nous avons vu différents bâtiment, nous avons travaillé un peu plus sur la Tour Eiffet avec des images de sa construction pour finaliser avec ce travail de remis en ordre des étapes de sa fabrication:





Ensuite direction l'Angleterre... mais ça sera pour un prochain article...

Et un peu de découpage !!! Non ! Si !



Cette fois-ci il s'agit de motricité fine et de découpage. Les enfants aiment découper surtout quand ils le font sans avoir l'impression que cela soit une tâche d'enseignement...Alors du coup, une collègue y a réfléchi et on a mis en place des choses pour les activités autonomes.

Première étape : découper des formes avec des lignes droites. ce que je fais c'est que je mets à leur disposition ces images (voir ci-dessous) d'immeubles ou de maisons, photocopiés sur des feuilles blanches. A eux de les colorier, de les découper et les coller sur une grande feuille (moi j'ai carrément mis une grande feuille de papier à fresque) comme ils le souhaitent pour fabriquer leur ville. Une fois les immeubles et autres collés, ils peuvent directement dessiner sur cette grande feuille pour y faire des personnages, des voitures etc.
L'année passée, les élèves ont adoré, dommage que je n'ai pas pensé à prendre des photos.
Cette année, on a travaillé sur Paris en début d'année donc on a rajouté les monuments de Paris, la Seine etc... je mettrai bientôt une photo.









Deuxième étape:
Ensuite , une fois que les enfants sont un peu plus à l'aise avec le découpage, on met en place la deuxième partie : je colle deux feuilles format raison noir sur mon plan vertical de peinture et ensuite les enfants colorient, découpent et collent les formes proposées sur ce fond. Ils font une création libre, ils collent là où ils le souhaitent.






Enfin, lorsque les élèves sont à l'aise et que je vois que l'activité leur plait,  je leur met des formes un peu plus compliquées :



Tut !!! Tut !!! Voilà le bus !!


Pendant un petit moment j'ai cherché un jeu de société qui fasse appel au nombre dix, à sa décomposition. J'avais donc trouvé un jeu autour de parcours de bus mais je n'arrivais pas à m'en emparer. En piochant des images ici et là j'ai donc décidé de le fabriquer et le voici:


 

Les règles du jeu ne sont pas bien compliquées:

Tout d'abord il faut préparer le jeu. Il faut choisir 4 couleurs. Avec chacune d'elle il faut colorier un petit pion bus (moi je les ai scotchés sur un bouchon en liège pour plus de tenue) et un grand bus qui va servir de planche où poser ses pions passagers. Le tout est toujours à plastifier

Il faut imprimer les personnages passagers, les plastifier et les découper. 

Pour la planche de jeu, soit on la garde format A4 soit on l'agrandit en A3...et bien sûr on plastifie ...(ho joie de la plastifieuse)...

Pour les règles du jeu:
Chaque joueur possède un pion bus et une planche bus. Les enfants jouent à tour de rôle. Le premier lance le dé et fait avancer son pion sur la planche de jeu. Dès qu'on arrive sur une case arrêt de bus, l'enfant relance le dé et fait monter le nombre de passagers correspondant.

Si le nombre sur le dé dépasse le nombre de cases restantes, les passagers ne peuvent pas monter à bord. Le premier qui arrive avec  le plus de passagers a gagné.

Les variantes sont nombreuses : soit il faut absolument obtenir le bon nombre pour s'arrêter sur la case "arrêt de bus" soit il suffit juste de passer dessus pour lancer le dé. On peut aussi faire monter des passagers même quand il n'y a pas assez de place. Changer la règle finale pour gagner... bref... à vous de voir !

Ce que je fais c'est que je donne les règles de base aux élèves et ensuite en commun on les note pour que ces règles aillent dans un carnet de règles de jeu de société de la classe.

Au boulot les loulous



Voici une autre activité autonome que les élèves aiment bien faire :
Il faut trouver des petites pinces à linge, celles souvent utilisées pour le scrap-booking par exemple. Je vous mets en image les modèles que je leur donne à faire à partir des formes. J'ai dessiné et plastifié les têtes et animaux.








Voici les formes à imprimer et plastifier : comme je l'ai fait, on peut imprimer sur du papier coloré pour donner de la gaité !



Les petites flèches indiquent les endroits où placer les pinces. Elles sont à titre indicatif pour vous.



Voici le projet individuel à valider:





C'est une activité très demandée par les élèves et elle demande beaucoup de dextérité et de concentration. C'est pour cette raison que je la propose à des élèves de grande section. 

Pour les moyens, je leur propose des formes plus grandes comme indiqué dans l'article ci-dessous :

 http://biboucheenclasse.blogspot.fr/2017/09/pince-line-et-motricite-fine-chez-les-ms.html




Pourquoi des activités autonomes...

D'abord, un peu d'explications :

Mon emploi du temps 

Dans ma classe de Grande Section après beaucoup d'années de réflexion, j'en suis venue comme beaucoup à mettre en place des activités autonomes. Mais pas seulement.

Les 4 ateliers qui tournent sur une semaine, c'est oublié ! Et quel soulagement ! C'est une collègue et amie qui m'a mis l apuce à l'oreille en lâchant les 4 ateliers pour n'en faire qu'un. franchement au départ je me demandais comment c'était possible. Maintenant je ne pourrais plus faire sans...  Dorénavant, je mets quand les activités le permettent en place un seul travail pour toute la classe. C'est à dire que tous les élèves font le même "atelier"...Sauf que dans ma classe, j'aime le dépouillement alors je n'ai pas assez de tables pour que tous les enfants soient assis en même temps. Non je n'aime pas ça. Du coup, ce travail qu'ils font tous et bien il se fait en décalé.

Une douzaine d'élèves s'assoit et fait l'atelier. L'autre partie est en activité autonome. Alors oui ca fait beaucoup de matériel à préparer. Mais une fois que le matériel est fait, l'année d'après la quantité à faire est beaucoup moindre.

Et quand un élève a terminé, il laisse sa place à quelqu'un qui était en activité autonome. Je fais ça sur la première partie de matinée...on se regroupe, on fait un bilan et hop en récré.


et on repart sur une autre activité après la récré.

Ce système donc demande d'avoir une certaines quantités d'activités autonomes que je vous propose de partager...



une petite visite au musée messieurs dames ??




Je me suis dit que ça serait bien de donner un petit aperçu à mes élèves des œuvres appartenant au patrimoine culturel :

Voici donc des puzzles numérotés à refaire : il suffit de découper des bandes verticales. Les élèves doivent reconstituer le tableau et la bande numérique en bas leur sert (ou non) d'aide.

Pour une question pratique, j'ai scratché les pièces des puzzles et plastifié un support avec des scratchs lui aussi afin que les pièces ne bougent pas une fois placées. Chaque puzzle est rangé dans une enveloppe avec sa miniature accrochée dessus. Elle sert de modèle et indique en même temps où doivent être rangées les pièces.

Parce qu'il faut bien un début à tout...


Et c'est parti !


Et voilà que je me lance à mon tour dans la création d'un blog pour des instits...encore un !!

En fait, je m'y mets pour aider. Je m'explique : quand j'ai débuté en classe de maternelle, je me suis vite aperçu que j'allais avoir besoin de matériel et de support visuels. J'ai alors cherché sur le net des pictos, des images, des dessins qui pouvaient répondre à mes besoins mais je n'arrivais pas  trouver mon bonheur.

Du coup, sachant un peu me servir de mes dix doigts et aussi parfois de ma tête, je me suis mise à créer mes propres pictos et supports. 

Ce blog est donc une manière de les partager, ainsi que mes idées, trouvailles et les échanger contre d'autres !! Alors n'hésitez pas !





Et surtout, pensez à laisser un commentaire, quand cela vous plaît ou que vous avez d'autres idées pour enrichir !!! Ce blog est un lieu de partage.
Beaucoup des dessins de ce blog sont faire par moi, alors si jamais vous les utilisez merci de le notifier histoire que je ne retrouve pas une de mes images quelque part avec un autre auteur. MERCI !!